Articles

Risotto à la Milanaise

Risotto à la Milanaise

*
Ingrédients
Ingrédients pour 6 personnes
– 700 g de Riz Carnaroli
– Un grand verre de vin blanc sec
– 1,5 litre de bouillon de volaille
– 1 petit oignon émincé
– 150 g de Parmigiano Reggiano (Parmesan) râpé
– 100 g de beurre
– 2 pincées de safran (pistils ou 2 doses)
– 50 g de moelle de boeuf
*
Déroulement
– préparer votre bouillon et maintenez le à température élevée pour qu’il soit brûlant lorsque vous le verserez sur votre riz;
– dans une casserole ou une poêle haute, sur feu vif, faire suer les oignons dans un peu de beurre et la moelle passée au chinois;
– lorsque l’ensemble prend une teinte légèrement blonde, ajouter le riz et continuer la cuisson jusqu’à ce que les grains deviennent translucides;
– mouiller avec le vin blanc et laisser évaporer;
– recouvrir le riz de bouillon brûlant; laisser bouillir lentement en mélangeant régulièrement avec une cuillère en bois; pendant la cuisson, verser régulièrement du bouillon avec une petite louche;
– après 10 minutes de cuisson, ajouter le safran dilué dans un peu de bouillon;
– quelques minutes avant la fin de cuisson, incorporer le beurre et le fromage en mélangeant bien pour obtenir un ensemble homogène; servir aussitôt.

*

Conseils
Ne pas laver le riz.
Préférer un bouillon maison.
L’assaisonnement est inutile, goûter votre bouillon et apprécier son assaisonnement préalablement.
Travailler lentement (ajouter le bouillon une louche à la fois)
Remuer régulièrement afin de cuire le riz uniformément
Goûter en fin de cuisson dés la 16ème mn, la cuisson de votre riz ne devrait pas excéder 18 mn selon la mise en température.
Le grain doit être savoureux en périphérie et ferme, quasi croquant, au coeur.
Servir immédiatement.
*
Pour les puristes, il est à noter que l’Association des cuisiniers italiens, dans la recette traditionnelle, proscrit le vin blanc.
*
Nicolas de Rabaudy est le critique gastronomique de Slate.fr, dans son billet “La cuisine milanaise, entre tradition et modernité” , il nous soumet quelques passages sur le risotto à la Milanaise :
“…..Rico Guarnieri, chef aux cheveux noir ébène du Teatro 7 et cuisiner particulier de Giorgio Armani, dit que le goût de Milan est le riz jaune du risotto au safran et de la côtelette milanaise:«C’est avec ces plats de ma mère que j’ai grandi. Lorsqu’on associe de bons produits, il se produit toujours une explosion gustative.»
Quatre préparations de «cucina milanese» forment l’armature des cartes de restaurants de la cité lombarde dominée par les flèches du Duomo, admirable cathédrale datant de 1386.
Le risotto à la milanaise, la pasta artisanale, les tomates des provinces (la ronde paquino de Sardaigne), la viande de veau fermier sont inscrits dans l’ADN des Italiens de Milan. La preuve, aux deux restaurants de l’Hôtel Four Seasons, un ancien monastère du XVe siècle doté d’un cloître, d’une véranda où l’on sert le déjeuner, plus de 80% des mangeurs, pas seulement étrangers, ne veulent se nourrir que de ces quatre assiettes emblématiques de la tradition milanaise.

C’est là, dans ce palace inauguré en 1993, souvent complet pour les semaines de la mode ou du design, qu’officie, aux deux repas, le chef Sergio Mei, Sarde d’origine, quinquagénaire au savoir encyclopédique, véritable maestro des casseroles, dont les élèves toqués ont émigré partout sur la planète, y compris en France, au Carpaccio du Royal Monceau des années 1980-1990. Tous les matins, «Monsieur Mei», comme l’appellent ses 31 cuisiniers, montre la composition des plats du jour et le samedi matin, il donne des cours de cuisine aux gourmets de Milan et d’ailleurs, et deux ou trois fois par an, à l’École Lenôtre à Plaisir (Yvelines).

En cuisine, Sergio Mei concilie la modernité raisonnée et la tradition. Il a en horreur la fusion food et la cuisine moléculaire qui transforment les produits de base grâce au siphon… À l’instar de Joël Robuchon, génial passeur de recettes, Mei est un formidable connaisseur des trésors de l’agriculture italienne, un épicurien rustique, fanatique des épinards, des artichauts fondants, des oignons, des petits pois, du riz: dans son très gros ouvrage de 670 pages, il propose 30 recettes de risotti, 20 de polenta, insistant sur des détails, des accompagnements transmis dans ses préparations.

Ainsi, le délicat risotto du Four Seasons ne saurait être que du carnaroli aux grains longs……”

(Billet du 08 mai 2011)

**
Risotto à la Milanaise au safran

Sélections de riz de qualité “Superfino”

*

Découvrez  les Riz Carnaroli, Arborio et Baldo.
*
Descriptions
Ces espèces appartiennent à la classe du riz de luxe “superfino”
*
Origine
Piémont, Italie – Direct producteur.
*
Producteur
Le secteur des fermes Vercellesi (de la ville de Vercelli – Vallée du fleuve Pô – Région du Piémont) est bien connu comme le cœur de la production de riz européenne. La famille Capittini vit au milieu de ce paysage, parmi les grenouilles et les hérons gris, cultivant le riz depuis cinq générations.
La Rizerie Capittini a été fondée en 1881 par Giuseppe Capittini.
Au fil des années, avec l’augmentation de la demande de riz, la technique s’est de plus en plus affinée, permettant à la Rizerie Capittini d’obtenir un riz de qualité très apprécié.
Aujourd’hui, avec les descendants de la cinquième génération, la Rizerie Capittini, en se dotant d’outillages sophistiqués et technologiquement avancés, est à même même, comme par le passé, de proposer à sa clientèle un produit sélectionné et garanti en termes de fraîcheur et d’authenticité, colorants et conservateurs n’étant jamais utilisés.
*
Conseils de préparation
Ces riz s’adresse à tous les experts et connaisseurs du risotto.
– Ne jamais laver le riz
– Utiliser un excellent bouillon
– Cuire le riz à feu vif et à découvert
– Travailler lentement (ajouter le bouillon une louche à la fois)
– Remuer régulièrement afin de cuire le riz uniformément
– Le risotto doit être crémeux (grâce au bouillon, au fromage et/ou au beurre) et le riz “al dente” avec un coeur ferme et un peu croquant.
– Servir chaud, donc travailler rapidement.
– Le risotto en Italie est un grand plat. Il n’est pas servi comme accompagnement mais en premier plat, comme les pâtes.

  • Riz Carnaroli

Le riz Carnaroli est un riz long et bombé. Comme son grand rival, le riz Arborio, il est traditionnellement utilisé pour préparer le risotto. Il se distingue de ce dernier par une plus faible teneur en amidon, une texture plus ferme et des grains plus longs. Le riz Carnaroli possède des qualités gastronomiques particulières avec un excellent équilibre entre une bonne capacité d’absorption et une perte d’amidon relativement faible durant la cuisson qui lui permettent de mêler et d’exalter les saveurs des aliments les plus divers. Il est souvent décrit comme « le roi des riz ».

  • Riz Arborio

Le riz Arborio est un riz à grain court et arrondi. C’est la variété de riz la plus connue et la plus utilisée pour le risotto. Sa teneur élevée en amidon donne cet aspect crémeux caractéristique du risotto. Comme le riz Carnaroli, il tient très bien à la cuisson et absorbe la saveur des aliments avec lesquels il est cuit.

  • Riz Baldo

Le riz Baldo, bien que peu connu devrait vite gagner en notoriété de par sa grande diversité d’emploi.

Il a une bonne tenue quelle que soit le mode de cuisson et donc recommandé non seulement pour les risottos, mais aussi pour les timbales. Comme les autres riz cristallins, il peut également être utilisé en salade.

**