Didier Vecten, gérant de la Cueillette de Muizon

La Cueillette de Muizon, une institution ouverte à tous

À l’occasion du «Printemps à la ferme», des producteurs organisent une journée spéciale à destination du public. Zoom sur le travail à la Cueillette de Muizon.

Le personnel de la Cueillette de Muizon est habitué à la réception du public. En effet, du mois d’avril à la mi-novembre, chaque client est libre de vagabonder dans les parcelles pour y cueillir fruits, légumes et fleurs qu’il souhaite. Mais il existe quelques règles : on ne peut pas tout cueillir, des panneaux sont placés aux endroits où il est permis de le faire. La Cueillette en est à sa 24e année d’existence et Didier Vecten, le gérant, assure que «  le consommateur a évolué  » pendant ce quart de siècle : « il cherche davantage à se rassurer sur ce qu’il achète et il souhaite trouver un produit de saison avec du goût et une qualité supérieure à ce qu’il y a dans la grande distribution ». Et justement, face à la question de la différence de prix avec les grandes enseignes, le gérant répond simplement : « en France, nous avons des coûts de production plus élevés que dans des pays comme l’Espagne ou l’Allemagne et nos salariés sont payés à juste prix. Il nous est donc impossible de nous aligner sur ces tarifs, car on devrait mettre la clé sous la porte  ».

La météo, le facteur X

Le souhait de Didier Vecten est de rester authentique dans les méthodes de travail, « même si bien sûr, les machines et les outils évoluent ». En revanche, un élément reste toujours le facteur contraignant : la météo. « Nous en sommes toujours tributaires. La production est chamboulée en cas de fortes pluies ou, au contraire, de fortes chaleurs. Tout peut être perdu très rapidement, il y a donc un risque à produire. Et forcément s’il pleut, les clients vont moins se déplacer pour venir cueillir, et donc acheter ».
La cueillette axe beaucoup sa politique sur le contact avec les clients. Le gérant apprécie l’échange, ainsi que les retours concernant les attentes qu’ils peuvent avoir vis-à-vis de la cueillette. « On aime faire passer des messages sur la réalité de la production, c’est un métier de tous les jours et qui peut être pénible physiquement », souligne Didier Vecten. Ces contacts réguliers permettent également d’effacer certains préjugés fortement ancrés, qui par exemple assimilent les producteurs à des pollueurs : « au contraire, nous faisons le maximum pour protéger nos parcelles et beaucoup de réglementations, notamment phytosanitaires, existent pour limiter les effets néfastes que peuvent avoir certains produits. » Enfin, certains clients en profitent aussi pour venir chercher des renseignements sur la saisonnalité de certains produits de la cueillette. Une cueillette au sein de laquelle Didier Vecten souhaite «  proposer des bons produits, montrer que nous sommes fiers de notre production, sans oublier que derrière tout cela il y a des hommes et une terre ».

« Le printemps à la ferme » à la cueillette de Muizon

Le samedi 23 mai, la cueillette est ouverte de 10 heures à 18 heures pour recevoir le public.
Différentes animations seront proposées pour l’occasion :
– Démonstration culinaire autour de la rhubarbe avec le chef Arnaud
– Découverte et cueillette de fleurs et légumes de printemps
– Dégustation de confitures et jus de fruits issus de la cueillette

Photo : Didier Vecten, gérant de la Cueillette de Muizon.

Par Rémi Lefeuvre. Paru dans La Marne Agricole le 21/05/2015.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire